Etrange

qu'à cause du noir

il nous faille perdre

la tête, la nuit.

 

Création 2017

Projet en recherche de partenaires.

 

© TRACES Compagnie 2016

D'après le conte d'Andersen La Reine des Neiges

 

Mise en scène :

Jefferson Desmoulains

 

Textes :

Jefferson Desmoulains, Tarjei Vesaas, Arthur Rimbaud...

 

Avec :

Valentine Monserand, Manon Thorel et Simon Vialle.

 

Création lumière :

Clément Longueville.

 

Création Vidéo :

Jérémy Oury .

 

Création sonore et musiques originales :

William Langlois.

 

Collaboration dramaturgique :

Annie Francisci et Clément Longueville.

 

Production :

Traces Compagnie

 

Soutiens :

Ville de Rouen

Le Tangram - EPCC Evreux Louviers Eure

Centre Dramatique National de Normandie - Rouen

Notre travail sur le conte d'Andersen La Reines des Neiges part d'une intuition : celles que cette figure est l'incarnation de la mort, son allégorie, sa personnification. Et cette intuition, le conte la confirme à de nombreux endroits. Ainsi, le parcours de Gerda se révèle non seulement être un parcours initiatique, chemin de deuil de son ami Kay, mais également un voyage au sein même du royaume des morts - sa première épreuve est de traverser un fleuve.

 

Dans le conte, comme une figure omniprésente, la mort apparaît alors sous de multiples facettes, et toujours à l’oeuvre.

Ainsi, la glaciation du coeur de Kay par la Reine des Neiges est une mort en mouvement, pas encore consommée, un endormissement, un coma, qui pousse Gerda, à partir de sa traversée du fleuve, à devenir une Orphée, traversant le royaume des morts pour retrouver son Eurydice.